13/12/2005

No Vibrato au Sounds

Après le concert de Murray à Flagey, je suis allé au Sounds écouter No Vibrato dans de bonnes conditions.
La dernière fois, j’étais resté un peu sur ma faim…

Cette fois-ci, Fred Delplancq était en forme – malgré une sinusite chronique, Etienne Richard avait un piano, Daniel Stokart était au soprano et à l’alto, Chris Mentens bien présent à la contrebasse, et derrière les fûts - heureux et pétillant - le très dynamique Bilou Donneux.

Je suis arrivé en fin de premier set, sur les notes de You’re in my song, titre éponyme de l’excellent album sorti en milieu d’année chez Alone Records et co-produit par Label Travers.

Le temps d’échanger quelques propos sur la "Sabam" avec Richard, et le deuxième set débute avec le festif A lo que salga aux rythmes jazz et flamenco.
Les musiciens s’amusent sur le podium et ça se ressent dans la salle.
Fred et Daniel rivalisent de virtuosité et de fraîcheur. Et Bilou, lunettes dans les cheveux, sourire en coin est de la partie.

Après le difficile mais très maîtrisé Neuf de Pâques c’est au tour du très puissant et très beau La face cachée du soleil. Un titre que j’aime vraiment beaucoup et qui figure sur le précédent album de No Vibrato Here and Now

Avec Fais-moi mal c’est un hommage à Mal Waldron que rend ici le groupe.
Mal à vécu ces dernière années à Bruxelles et bon nombre de musiciens ont eu la chance et le plaisir de jouer avec lui.
Moi, je n’ai jamais eu l’occasion de le voir… et je le regrette.

Le deuxième set se termine aux sons du triangle et du soprano avec De Stivel à Coltrane. Pas besoin de vous dire de quelles influences Richard s’est inspiré pour écrire ce morceau énergique et virevoltant.
Morceau qui donne l’occasion à chaque musicien de s’exprimer pleinement

Le public est ravi, l’ambiance est bonne, rien de tel pour attaquer un troisième set avec en "guest" Jean Paul Estievenart jeune et talentueux trompettiste dont on entendra encore parler.
Pour l’heure, il se fendra de quelques beaux soli, illuminant encore un peu plus ce concert de vrais amis.

Je termine ma bière en discutant avec les musiciens, Jempi et la jeune chanteuse Vera Zanello que j’ai hâte d’entendre avec son propre projet. Jusqu’à présent, je ne l’ai entendu que lors de jams improvisées et très, très tradives…

Cette fois-ci, il faut rentrer… même si l’heure est plutôt décente… ce qui est quand même rare au Sounds…

A+

_________________________________

Le lien du Sounds et celui de No Vibrato.

__________________________________

23:23 Écrit par jacquesp | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... Joyeux anniversaire Esther! :)

J'ai vu Vera lors du dernier Jazz Marathon. Loin d'être parfait (notamment des foirages énormes sur "Summertime"), mais déjà très touchant (surtout sur "The Man I Love"), donc une grosse marge de progression, d'après moi.

Écrit par : Mwanji | 14/12/2005

Les commentaires sont fermés.