17/11/2005

African Flashback - Romano, Sclavis, Texier... Le Querrec

Vous aimez qu'on vous raconte des histoires?
Vous aimez qu'on vous raconte des souvenirs?
Alors, écoutez ce qu' Aldo Romano, Louis Sclavis et Henri Texier vous racontent.
Des histoires sans paroles.
Des histoires en musiques et images.
Et quelles images! Celles de Guy Le Querrec, vieux compagnon de route de Texier, qui a emmené plus d'une fois ce trio sur le continent africain. Ce qui a donné lieu à deux magnifiques albums: "Carnet de route" en '95 et "Suite africaine" en '99.

Cette fois-ci, pas de voyage. Ou plutôt un voyage... différent.
On a demandé à Guy Le Querrec d'aller remuer les milliers de clichés inédits qu'il avait ramené d'Afrique et d'en proposer quatre à chacun des musiciens pour qu'ils "racontent" l'image.
Le résultat est un délice.

Le disque est donc accompagné d'un livret - à moins que ce ne soit l'inverse - d'une centaine de pages superbement imprimées. Un livret découpé en 13 séquences, 13 thèmes racontant l'Afrique sous ses différents aspects. (Je sais, 3 fois 4 font douze. La treizième image était pour le trio...)

Le voyage peut commencer.

La musique est profonde, vivante, chaleureuse. Dès les premières notes de "Berbère", on se sent accueilli, on est invité à la fête. Le thème est lumineux. Presque joyeux. Mais la composition de Sclavis - "Derrière le sable"- rappelle à une réalité plus dure. Le tempo est plus "mécanique", plus oppressant. La clarinette plus grave encore.

Et on alterne ainsi au gré du voyage entre nonchalance ("Harvest" ou "Le long du temps"), enjouement ("Fô lion"), ou frénésie ( "African Panther 69").
Car le voyage n'est pas de tout repos. Avec les photos et la musique, ce trio ( quartet? ) nous ouvre les yeux sur ce continent si riche... et si pauvre. N'hésitant pas à égratigner tous les pouvois politiques, avec le très acerbe "Surreal politik" qui oscille entre pamphlet musical et rage free jazz...
Avec "55 wheels" et ses accents déstructurés, c'est un regard "à la Chaplin" - période "Temps modernes" - que le trio pose sur le travail. La clarinette de Sclavis trouve son chemin comme pour s'échapper, alors que la contrebasse bat comme un coeur qui s'emballe, tandis que Romano fait gronder sa batterie.

Aldo se fera plus tendre et plus doux avec sa merveilleuse "Visio di Donna" où il y joue de la guitare. Superbement bien. ( Il parait qu'il prépare un disque de chansons. De vraies chansons. Des chansons où il chante ! ) Sclavis se fait lyrique et Texier est touchant de délicatesse...

Et l'histoire se termine sur un constat un peu amère, un peu mélancolique... :"Dieu n'existe pas".

Une seule envie, c'est d'y retourner. De replonger dans les images. De replonger dans la musique...
Grand disque, grandes images, grands hommes.

_____________________________________________

Pour en savoir plus allez voir le site de Label Bleu

____________________________________________

Pour parfaire ce bonheur, j'ai eu la chance et l'honneur de m'entretenir longuement avec Henri Texier et Guy Le Querrec lors de leur passage en Belgique pour la sortie de cet album. Et bien sûr, vous aurez droit à l'interview.

Alors, soyez fidèles! ;-))

A+

23:27 Écrit par jacquesp | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Interview? Ca me rappelle qu'il y a très longtemps, on m'avait dit que tu allais commencer à écrire pour Citizen Jazz, mais ça ne s'est jamais fait, j'ai l'impression. Ca commence maintenant?

Écrit par : Mwanji | 18/11/2005

Et encore rien... ...sur le nouvel album de madonna. C'est dingue ça !

Écrit par : | 19/11/2005

Madonna? ... celle qui fait rien qu'à copier Salvatore Aquaviva ??? ... Tu rigoles ou quoi?

Écrit par : jacques | 20/11/2005

Les commentaires sont fermés.