15/10/2005

Manu Hermia Quartet

Je ne pouvais pas rater les trop rares apparitions de Manu avec son quartet. Mais il m'a promis qu'il remettrait la machine en marche. Je compte sur lui...Par rapport à la dernière fois où je l'avais vu, il y avait quelques changements dans le personnel. A savoir, aux drums, Lieven Venken (avant il y avait Bruno Castellucci ) et à la contrebasse Sam Gerstmans (avant il y avait Sal La Roca). Deux musiciens qui se faisaient aussi un peu rare ces derniers temps sur la scène jazz en Belgique. Sam était sur un projet plus "rock" et Lieven vit la plupart du temps à New York. Ce dernier possède un très beau jeu de batterie. Très dépouillé, subtil. Mais surtout, il joue "utile". C'est à dire avec une présence indispensable sans être envahissante. Un son mat, profond et rond qui ne manque jamais de groove ni d'énergie. Pour l'avoir entendu il y a pas mal de temps avec Jef Neve ou Melangtronic, je trouve que son jeu a pris de l'épaisseur et de la maturité. Et il était vraiment à sa place dans ce quartet ce soir. Manu, quant à lui, était tout aussi à son affaire. Heureux de jouer. Ça se voyait, ça se sentait. Un jeu où on devine, bien sûr, sa vénération pour Coltrane. Que se soit au soprano ou à l'alto... Et puis, derrère le clavier se trouvait l'insaisissable Erik Vermeulen. J'adore ce type. Toujours créatif, osant aller loin dans ses propositions, n'ayant pas peur de prendre des risques. Un amoureux de Monk, avec un background classique... c'est explosif. Tout le temps! Une personnalité forte. Toujours insatisfait... un véritable artiste! Ce soir pourtant, Erik semblait heureux et détendu après les deux sets. On le serait à moins, car c'était un excellent concert. On a pu entendre des standards tel que "Contemplation" de Mc Coy Tyner ou "Afro Blues" joués avec ferveur. Mais aussi des compos personnelles, comme le très beau et rageur "Never Again". Le tout nouveau morceau au titre provisoire "I'm just me" où le sax se fera incandescent et inspirera le jeu d'Erik. Grand moment! Ou encore un intense "Raga Jazz" au thème circulaire façon... raga indien, bien sûr. "Always Smiling" - en clin d'oeil à Maxime Blesin - sous forme d'un bop joyeux et intense ( qui rappelle parfois l'esprit de "Giant Step"). Ou encore le très beau et très libre "Sonate For el Mondo" où Manu montrera aussi son talent à la flûte. Bref, vraiment du tout bon jazz. Un band soudé et qui n'est pas là pour faire de la figuration. J'espère bien les voir tourner bien plus souvent, parcequ ça en vaut vraiment la peine...Bref, encore une belle soirée au Sounds. Avec plein de gens sympas! Et encore un jazz différent de ce que j'ai entendu cette semaine... comme quoi, cette musique est sans limite.

18:28 Écrit par jacquesp | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.